Jésus, fils de… (Luc 3.23-38)

(Version audio, cliquez ici.)

Depuis le début de l’année scolaire, je propose deux séries de prédications en alternance. L’Évangile selon Luc, et le livre de la Genèse avec l’histoire d’Abraham. J’ai regardé là où nous en sommes dans les deux séries et pour aujourd’hui je vous propose de poursuivre dans l’Évangile selon Luc. Il faut dire que dans la série concernant Abraham, nous allons arriver à l’épisode de la destruction de Sodome et Gomorrhe, et je vous avoue que je ne sais pas encore comment aborder ce texte, surtout en cette période de crise pour notre monde. Mais je suis certain que la Parole de Dieu est vivante en tout temps et pour chaque contexte. Il me faudra donc encore méditer ce texte de la Genèse pour vous proposer une prédication à ce sujet dans les semaines à venir.

Pour aujourd’hui, nous allons donc lire l’Évangile selon Luc, nous en sommes à la fin du chapitre 3 et ce texte est lui aussi particulier, car c’est une généalogie.

Quand j’ai regardé là où nous en sommes dans nos deux séries de prédications, j’ai vu qu’il y avait le choix entre la destruction de Sodome et Gomorrhe et une généalogie en Luc 3. Je me suis demandé si je n’allais pas passer directement passer à Luc 4. Finalement, que peut-on apprendre d’une généalogie ? On pourrait penser que c’est juste une information de l’auteur à titre indicatif. Y a-t-il matière à méditer ?

Mais comme je vous l’ai dit tout à l’heure, je suis convaincu que tous les textes des Écritures sont pertinents à chaque époque et à chaque situation de notre vie. Alors je vous propose de lire ce texte et de voir ensemble ce qu’il peut nous enseigner.

Évangile selon Luc, chapitre 3, versets 23 à 38

23 Jésus avait environ 30 ans lorsqu’il commença son ministère. Il était, comme on le croyait, fils de Joseph, fils d’Héli, 24 fils de Matthat, fils de Lévi, fils de Melchi, fils de Jannaï, fils de Joseph, 25 fils de Mattathias, fils d’Amos, fils de Nahum, fils d’Esli, fils de Naggaï, 26 fils de Maath, fils de Mattathias, fils de Sémeï, fils de Josech, fils de Joda, 27 fils de Joanan, fils de Rhésa, fils de Zorobabel, fils de Shealthiel, fils de Néri, 28 fils de Melchi, fils d’Addi, fils de Kosam, fils d’Elmadam, fils d’Er, 29 fils de Joses, fils d’Eliézer, fils de Jorim, fils de Matthat, fils de Lévi, 30 fils de Siméon, fils de Juda, fils de Joseph, fils de Jonam, fils d’Eliakim, 31 fils de Méléa, fils de Menna, fils de Mattatha, fils de Nathan, fils de David, 32 fils d’Isaï, fils d’Obed, fils de Booz, fils de Salmon, fils de Nachshon, 33 fils d’Aminadab, fils d’Admin, fils d’Arni, fils d’Hetsrom, fils de Pérets, fils de Juda, 34 fils de Jacob, fils d’Isaac, fils d’Abraham, fils de Thara, fils de Nachor, 35 fils de Seruch, fils de Ragau, fils de Phalek, fils d’Eber, fils de Sala, 36 fils de Kaïnam, fils d’Arpacshad, fils de Sem, fils de Noé, fils de Lamech, 37 fils de Mathusala, fils d’Hénoc, fils de Jared, fils de Maléléel, fils de Kaïnan, 38 fils d’Enos, fils de Seth, fils d’Adam, fils de Dieu.

À part l’identité des ancêtres de Jésus, que peut-on apprendre de cette généalogie ? Quelle était l’intention de Luc en nous citant tous ces noms ? Je pense que cette dernière question est importante : quelle était l’intention de Luc ?

Alors que Matthieu annonce la généalogie de Jésus au tout début de son livre, Luc la place un peu après le début de son livre, à la fin du chapitre 3. Nous verrons pourquoi un peu plus tard.

Pour le moment, j’aimerais simplement suggérer que Luc, par cette généalogie, avait l’intention d’attester la pleine humanité de Jésus, ainsi que sa pleine divinité. Commençons par son humanité.

1. L’humanité de Jésus

Jésus n’est pas venu du ciel sur un coup de tête, sa venue était programmée de toute éternité. Il est le descendant d’une longue lignée humaine. Dieu ne s’est pas dit : tiens, aujourd’hui j’ai envie d’envoyer le messie sur la terre, je vais envoyer un message à Marie pour la prévenir.

Cette généalogie montre que la naissance de Jésus était planifiée depuis longtemps. Dieu a voulu que Jésus naisse dans une famille et dans l’Histoire.

Il me semble qu’il est important de souligner l’aspect historique et temporel de la naissance de Jésus. J’entends souvent dire que Dieu est hors du temps, mais cette généalogie nous montre que le Christ, l’envoyé de Dieu, l’incarnation de Dieu, fait partie de l’Histoire. Dieu le Fils, quant à son humanité, est né dans le court du temps.

Quand on dit que Dieu est hors du temps, il ne faut pas penser que le temps serait comme une fresque, que Dieu est au-dessus et qu’il peut voyager dans le passé et dans le futur pour voir ce qui s’y passe.

Je crois que cette manière de voir les choses est influencée par la modernité, par les romans ou les films de science-fiction. On nous y raconte les aventures d’explorateurs qui voyagent dans le temps avec des machines futuristes, comme si l’Histoire de l’humanité était un film où l’on peut revenir en arrière ou avancer en avant.

Dieu est hors du temps dans la mesure où son rapport au temps est différent du nôtre. Et si Dieu connaît l’avenir, ce n’est pas parce qu’il peut voyager dans le temps et découvrir comme un spectateur ce qui s’y passe. Si Dieu connaît l’avenir, c’est parce que c’est lui qui écrit l’Histoire. Dieu n’est pas spectateur de l’Histoire, il en est l’auteur.

Cela ne signifie pas que Dieu est l’auteur du mal lorsque le mal arrive, mais cela signifie que même dans les périodes les plus sombres de l’Histoire, Dieu est souverain dans cette situation. Il permet que des épreuves arrivent, et ces difficultés ne sont pas hors de son contrôle.

Dieu est l’auteur de l’Histoire et c’est bien ce que nous apercevons dans cette généalogie de Jésus. Dieu a un plan, un projet pour l’humanité. Un projet annoncé dès la Genèse lorsqu’il annonce qu’un descendant d’Adam et Ève écrasera la tête du serpent, figure du diable.

Jésus est ce descendant promis qui écrase le diable. Dieu avait choisi le moment précis où Jésus viendrait, et il a aussi choisi le moment précis où il viendra de nouveau, à la fin des temps.

En cette période de pandémie mondiale, rappelons-nous que Dieu est souverain, il est maître de l’Histoire de l’humanité et il est maître de notre vie. Regardons encore le texte de plus près. La généalogie commence ainsi :

« Jésus avait environ 30 ans lorsqu’il commença son ministère. Il était, comme on le croyait, fils de Joseph, fils d’Héli… ».

À ses débuts, Jésus avait 30 ans. Luc nous signale simplement que Jésus avait l’âge requis pour commencer un ministère. En effet, à l’époque, ceux qui étaient destinés à servir Dieu dans le temple devaient attendre l’âge de 30 ans pour commencer leur service. Pendant ses 30 premières années, Jésus a vécu comme tout le monde : il avait un père, une mère, il allait à l’école, il avait des amis, il avait certainement commencé un métier, probablement celui de son père : charpentier.

Jésus connaît donc la vie de tous les jours, il avait les mêmes besoins que nous, des besoins affectifs et des besoins matériels.

Une légende raconte que Jésus avait la science infuse dès sa naissance, il serait né en sachant déjà parler. Mais ce n’est pas ce que les Évangiles racontent. Luc nous dit à plusieurs reprises que Jésus « grandissait en sagesse et en intelligence ». Jésus a donc eu une enfance et une jeunesse comme un véritable humain, en tant que véritable humain.

Ensuite, nous apprenons qu’il était fils de Joseph « comme on le croyait ». Luc n’a pas écrit : « il était fils de Joseph » – point. Il fait comme une parenthèse : « il était fils de Joseph comme on le croyait ». Certains traducteurs traduisent : il était fils de Joseph comme on le présumait. Pourquoi cette précision ?

Pour tous les autres ancêtres, il n’y en a pas (versets 1 et 2) : « Il était, comme on le croyait, fils de Joseph, fils d’Héli, 24 fils de Matthat, fils de Lévi, fils de Melchi, fils de Jannaï… » Si Luc fait cette parenthèse pour la paternité de Joseph, ce n’est pas pour dire que l’on avait un doute. C’est parce que Joseph n’était pas le père biologique de Jésus. Jésus est né de Marie alors qu’elle était encore vierge, elle n’avait pas encore eu de relation avec Joseph. Joseph est donc le père de Jésus par adoption. On pourrait simplement lire la phrase de la manière suivante : Jésus était considéré comme le fils de Joseph.

Joseph n’est pas le père biologique de Jésus, mais il est son père adoptif. Il y a un clin d’œil à la naissance miraculeuse de Jésus, il est humain, mais pas seulement. Vient ensuite la liste des ancêtres de Jésus.

Si l’on compare cette liste avec la généalogie de l’Évangile de Matthieu, on remarquera des différences. Cela ne signifie pas qu’il y ait des erreurs dans l’un des Évangiles. En fait, ni Matthieu ni Luc n’avaient l’intention de donner une liste complète des ancêtres de Jésus.

L’Évangile selon Matthieu s’adresse plutôt à des juifs, donc il part d’Abraham pour arriver à Jésus, il montre ainsi que Jésus est un vrai fils d’Abraham. L’Évangile selon Luc s’adresse à des chrétiens qui ne sont pas forcément d’origine juive, il montre ainsi l’universalité du Christ en remontant jusqu’à Adam. Les deux généalogies mentionnent le roi David, en effet, Jésus est de la famille royale, il est le roi promis par Dieu pour son peuple.

Jésus est donc un homme, descendant d’Abraham, père de la nation juive, descendant d’Adam, père de l’humanité. Mais Luc ne s’arrête pas là, car il y a aussi une mention de l’origine divine de Jésus dans cette généalogie.

2. La divinité de Jésus

Nous l’avons déjà évoqué lorsque nous avons relevé que cette généalogie fait ressortir la dimension miraculeuse de sa naissance. Joseph est son père, mais pas son père biologique, car Jésus est né d’une vierge, par une action divine.

Cette généalogie a aussi une autre particularité. Au lieu de partir des ancêtres pour aboutir à Jésus, elle part de Jésus pour remonter à ses origines. Et l’origine de Jésus, c’est Adam, fils de Dieu. Jésus descend d’Adam, le père de l’humanité. Et il est précisé qu’Adam est fils de Dieu. Cette mention peut nous surprendre : en quoi Adam est-il fils de Dieu ?

Cette dernière expression de la généalogie est en lien avec son contexte immédiat. La généalogie de Jésus commence au verset 23. Juste avant ce verset, Jésus se fait baptiser et Dieu lui dit au verset 22 : « tu es mon fils bien-aimé ».

Dieu dit à Jésus qu’il est son fils. C’est justement à partir de ce moment-là que Luc démontre en effet que Jésus vient de Dieu. C’est pour cela que la généalogie est placée à cet endroit précis de l’Évangile. Luc retrace la généalogie de Jésus à l’envers. Il part de Jésus et remonte jusqu’à ses origines : Jésus descend d’Adam, lui-même fils de Dieu.

Adam est fils de Dieu dans le sens où il a été créé par Dieu. Il y a un souffle divin dans l’Homme. L’humanité a été créée par Dieu et l’Homme a été créé à son image. L’apôtre Paul le rappellera dans l’un de ses discours à Athènes en Actes 17, il dira : « nous sommes de la race de Dieu ».

Nous pouvons être appelés « enfants de Dieu », mais le terme de « Fils de Dieu » est le plus souvent réservé à Jésus dans la Bible, car Jésus n’est pas seulement humain, il est aussi divin. C’est par l’action du Saint-Esprit que sa mère – Marie – est tombée enceinte. Le reste de l’Évangile nous montrera que Jésus est non seulement le Fils de Dieu, mais qu’il est aussi Dieu. Jésus est effectivement né comme tout homme, mais il est surtout l’incarnation de Dieu.

En voyant les souffrances de ce monde, Dieu n’a pas choisi de nous regarder sans rien faire. Il a décidé de s’abaisser au point de naître humainement. Il a souffert plus que n’importe qui : Il a payé pour des fautes qu’il n’a pas commises, mais que nous avons commises.

Pour conclure, cette généalogie affirme la pleine humanité de Jésus et sa pleine divinité. Cela nous rappelle que Dieu se préoccupe de l’humanité. Il ne regarde pas le monde tourner au désastre sans rien faire. Il a pris notre condition, il est né dans le cours de l’Histoire, de notre Histoire. Il est né miraculeusement, par l’action de l’Esprit, le souffle de Dieu, le même souffle qui a donné vie à Adam et Ève. Dieu le Fils a souffert pour nous offrir une espérance certaine.

Rien n’échappe à son contrôle, renouvelons donc notre confiance en lui et recevons sa paix.

Prière

Notre Père, merci de nous rappeler que tu n’es pas spectateur de ce qui arrive dans ce monde, au contraire, tu as tout fait pour nous offrir une espérance et tu es encore à l’œuvre par ton Esprit et par le témoignage de tes enfants partout dans le monde.

Nous te prions encore pour ces temps difficiles, sois aux côtés des malades, des familles endeuillées. Renouvelle les forces de tous ceux qui travaillent en cette période d’épidémie, que ce soit dans les hôpitaux, dans nos communes, dans les entreprises.

Sois aussi avec nous, accorde-nous ta protection, ta bienveillance. Renouvelle notre foi et notre humilité. Merci, car ton Fils a tout accompli sur la croix, ce n’est pas en notre nom que nous te prions, mais en son nom.

Amen

Bande son de la version audio |Musique libre de droits| Vlad Gluschenko – Light

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.