Pas facile d’être un bon exemple (Malachie 2.1-10)

Quand je suis pressé, j’ai tendance à descendre rapidement les escaliers de la maison. Sauf que mes enfants m’entendent descendre vite, et ils ont tendance à vouloir faire pareil. Du coup, j’essaie de faire des efforts pour descendre à une vitesse normale, et on leur demande de faire pareil, de ne pas descendre les marches à toute vitesse, pour éviter un accident. En tant que parents, on se rend compte que l’on doit être très attentif à l’exemple que l’on donne.

C’est comme pour le fromage. Quand je mange du fromage, j’utilise parfois la pointe du couteau pour me servir et manger. Même si nous utilisons des couteaux non tranchants avec des pointes arrondies, ce n’est pas forcément une bonne manière de faire.

Un jour notre fils aîné a voulu faire pareil, il a mis du fromage dans sa bouche avec son couteau à pointe arrondie qui ne coupe pas. Mais on le lui a interdit, on ne souhaite pas qu’il prenne l’habitude de mettre un couteau à la bouche, même si ce n’est pas un couteau dangereux. Je me souviens que lorsqu’on lui a dit : « ne mets pas de couteau à la bouche », il nous a répondu : « ah d’accord, pas comme papa ».

Cela nous a fait bien rire, et en même temps, cela nous a interpellés sur l’importance de l’exemple que l’on donne. Dans la Bible, Dieu a demandé aux prêtres juifs d’être des exemples en parole et en actes. À l’époque de l’Ancien Testament, Dieu avait institué des prêtres pour s’occuper de la vie cultuelle du peuple.

Les prêtres étaient de la tribu de Lévi. Et Lévi est l’un des ancêtres d’Israël. Lorsque Dieu a établi l’alliance entre lui et son peuple, il a mis à part la tribu de Lévi pour qu’il se consacre entièrement à l’entretien du temple, à la louange, aux sacrifices et à l’enseignement du peuple.

Les autres tribus devaient travailler la terre et élever des bêtes pour vivre. Les lévites, étant consacrés au temple, n’avaient pas de terre et vivaient de la dîme, c’est-à-dire de la contribution matérielle du peuple. Cette dîme correspondait à 10% des récoltes. Et lors de certains sacrifices d’animaux, une partie de la viande revenait aux prêtres, et l’autre partie était brûlée en sacrifice pour Dieu.

Au début, les lévites étaient très appliqués, très fidèles dans leur tâche. Mais plus le temps passait, plus il y a eu du relâchement. Au fil du temps, Israël a été attaqué et détruit, ainsi que son temple. Par la suite le temple a été reconstruit, les prêtres ont été remis en fonction, mais la ferveur du départ n’était plus là. Le peuple adoptait même un comportement hypocrite, il servait Dieu en apparence, mais le cœur n’y était pas.

C’est là que le prophète Malachie intervient. Un prophète est simplement un porte-parole de Dieu. La plupart du temps, dans la Bible, il intervient pour dire des choses pas très agréables à entendre. Dans le livre de Malachie, Dieu parle au peuple, il est même en colère contre lui.

Il y a quelques semaines, nous avons lu le chapitre 1. Dieu commençait par affirmer son amour pour Israël. Mais il a aussi exprimé son mécontentement, car ce peuple s’est détourné de lui. Dans le chapitre 2, Dieu s’adresse particulièrement aux prêtres. Je vous propose pour aujourd’hui de lire ce chapitre 2, les versets 1 à 9 :

1 Maintenant, prêtres, ce commandement est pour vous! 2 Si vous n’écoutez pas, si vous ne prenez pas à coeur de donner gloire à mon nom, dit l’Éternel, le maître de l’univers, j’enverrai parmi vous la malédiction et je maudirai vos bénédictions. Oui, je les maudirai, parce que vous ne prenez pas cela à coeur.
3 Me voici, je menace votre descendance et je vous jetterai des excréments au visage, les excréments des victimes que vous sacrifiez, et on vous emportera avec eux.
4 Vous saurez alors que je vous ai adressé ce commandement afin que mon alliance avec Lévi subsiste, dit l’Éternel, le maître de l’univers.
5 Mon alliance avec lui était une alliance de vie et de paix; je les lui ai données pour qu’il me craigne, et il a eu pour moi de la crainte, il a tremblé devant mon nom.
6 La loi de vérité était dans sa bouche, on ne trouvait pas d’injustice sur ses lèvres. Il a marché avec moi dans la paix et dans la droiture, et il a détourné beaucoup d’hommes du mal.
7 En effet, les lèvres du prêtre sont les gardiennes de la connaissance, c’est à sa bouche qu’on demande la loi, parce qu’il est un messager de l’Éternel, le maître de l’univers.
8, Mais vous, vous vous êtes écartés de cette voie, vous en avez fait trébucher beaucoup par le moyen de la loi, vous avez violé l’alliance de Lévi, dit l’Éternel, le maître de l’univers.
9 Et moi, je vous livrerai au mépris et à l’humiliation aux yeux de tout le peuple parce que vous n’avez pas gardé mes voies et que vous faites preuve de partialité dans l’application de la loi.

La première chose que l’on peut dire de ce passage, c’est que Dieu est en colère envers son peuple, mais il est en colère, car il l’aime.

[1. Dieu se met en colère, car il aime son peuple]

Comme je l’ai rappelé avant la lecture du texte, Dieu a commencé par dire au chapitre 1 qu’il aime Israël. Il faut avoir cela en tête. La colère de Dieu découle de son amour, il se fâche parce que le peuple adopte des comportements qui lui portent préjudice. Et ses paroles sont très sévères. Au verset 3, il parle carrément de menace. :

« Me voici, je menace votre descendance et je vous jetterai des excréments au visage, les excréments des victimes que vous sacrifiez, et on vous emportera avec eux. »

Pourquoi Dieu est-il si virulent ? Lorsque les prêtres sacrifiaient des animaux au nom du peuple, ils devaient le brûler sur le parvis du temple, sur ce qu’on appelle un autel. Avant de brûler l’animal pour Dieu, ils devaient d’abord enlever leurs excréments et les brûler en dehors du temple.

Il semblerait que les prêtres ne se donnaient même plus la peine de faire cela. Non seulement ils offraient des bêtes handicapées (c’est précisé au chapitre1), mais en plus, ils offraient aussi à Dieu leurs excréments.

Dieu n’est pas seulement en colère contre cela, il est surtout en colère parce que les prêtres, des lévites, étaient en train de transgresser l’alliance que Dieu avait conclue avec la tribu de Lévi. Pour Dieu, une alliance est une marque d’amour. D’ailleurs, dans notre culture, lorsque les gens se marient, ils portent ensuite une bague que l’on appelle « une alliance ».

Dieu a conclu une alliance particulière avec Lévi. Les lévites devaient servir Dieu et l’honorer, et Dieu les bénirait. En déshonorant l’Éternel, les prêtres déshonorent l’alliance, ils la trahissent, ils la méprisent, ce qui met Dieu dans une légitime colère.

Le Seigneur aime son peuple, il veut le bénir, mais à cause de cette transgression, l’alliance est en danger. Dieu souhaite que les lévites respectent à nouveau l’alliance en lui rendant gloire. Verset 2 : Si vous n’écoutez pas, si vous ne prenez pas à cœur de donner gloire à mon nom, dit l’Éternel, le maître de l’univers, j’enverrai parmi vous la malédiction et je maudirai vos bénédictions. Oui, je les maudirai, parce que vous ne prenez pas cela à cœur.

Que signifie prendre à cœur la gloire du nom de Dieu ? En hébreu, lorsqu’il est question du nom de Dieu, il s’agit de Dieu lui-même. Rendre gloire au nom de Dieu, cela se manifeste notamment par le respect de l’alliance, le respect des sacrifices et du culte tel que Dieu l’avait demandé.

Dieu le souligne au verset 5 : « Mon alliance avec lui était une alliance de vie et de paix; je les lui ai données pour qu’il me craigne. »

La crainte de Dieu dans la Bible, c’est le respect de Dieu. L’Éternel est en colère, mais c’est une colère pour le bien de son peuple. Il souhaite qu’Israël marche sur le chemin de la vie, et les lévites ont un rôle essentiel à jouer. Que doivent-ils faire ? C’est mon deuxième point.

 [2. Dieu demande aux prêtres d’être fidèles en parole et en actes.]

Le comportement des prêtres influe directement sur le peuple dans son ensemble. C’est pour cela que Dieu est tellement en colère. Non seulement les prêtres méprisent l’alliance qui permet au peuple de recevoir la bénédiction de Dieu, mais en plus, ils sont une occasion de chute pour Israël.

Dieu raconte que lorsque la tribu de Lévi enseignait correctement le peuple, beaucoup de gens ont pu se détourner du mal. Verset  6 : « La loi de vérité était dans sa bouche, on ne trouvait pas d’injustice sur ses lèvres. Il a marché avec moi dans la paix et dans la droiture, et il a détourné beaucoup d’hommes du mal. »

Remarquez que ces prêtres qui obéissaient à Dieu n’étaient pas seulement de bons enseignants. La tribu de Lévi avait aussi une vie exemplaire. Pour enseigner quelqu’un dans les voies de Dieu, il ne faut pas simplement enseigner la parole de Dieu, mais il faut aussi mettre en pratique cet enseignement, autrement dit : montrer l’exemple.

Dieu dit bien que c’est en marchant dans la paix et dans la droiture que les prêtres précédents ont détourné beaucoup d’hommes du mal. Mais maintenant, à cause de leur désobéissance, les prêtres amènent des gens à commettre le mal. Verset 8 : « Mais vous, vous vous êtes écartés de cette voie, vous en avez fait trébucher beaucoup par le moyen de la loi, vous avez violé l’alliance de Lévi, dit l’Éternel, le maître de l’univers. »

On comprend encore un peu plus la réaction si vive de Dieu. À cause du mépris de la loi, que ce soit par laxisme, par légalisme, ou par hypocrisie, beaucoup de gens se sont éloignés de Dieu. En lisant ce passage, nous pourrions nous dire : « heureusement que je ne suis pas prêtre, j’aurais trop de comptes à rendre à Dieu ».

C’est vrai que nous ne vivons plus sous l’Ancienne Alliance. Jésus est venu et il a inauguré la Nouvelle alliance. Dans cette Nouvelle alliance, Jésus a tout accompli. Il a eu une vie exemplaire, il n’a transgressé aucun commandement. Jésus a tout accompli et en plus il a tout accompli à notre place. Hier soir nous en avons parlé à la réunion de prière : Jésus a tout accompli à notre place.

Nous n’avons plus rien à faire pour bénéficier de la grâce et du pardon de Dieu. Mais attention, ne tombons pas dans une conception faussée de la grâce. Si nous continuons de désobéir à Dieu sous prétexte que Dieu nous fait grâce, alors nous méprisons la grâce de Dieu et nous méprisons son alliance. Nous faisons exactement comme les prêtres dans le livre de Malachie.

Je ne dis pas que nous devrions être parfaits, personnellement je suis loin de l’être. Mais invoquer la grâce pour dire : « je commets des fautes, mais après tout ce n’est pas grave », cela revient à mépriser la grâce. Il me semble que les paroles de Dieu transmises par Malachie nous interpellent encore aujourd’hui. C’est mon troisième et dernier point.

[3. Tout disciple de Jésus a une responsabilité.]

À l’époque de Malachie, les prêtres avaient une grande responsabilité, car ils avaient un rôle d’enseignants auprès du peuple. De fait, ils étaient aussi des exemples pour le peuple. Aujourd’hui, nous n’avons plus de prêtres à la manière de l’Ancien Testament.

Dans nos Églises protestantes actuelles, nous avons la plupart du temps des pasteurs qui ont un rôle spécifique dans l’enseignement parole de Dieu, sans pour autant qu’ils soient les seuls à enseigner.

Par ailleurs, dans nos Églises, nous fonctionnons souvent avec un conseil d’Église. Les conseillers partagent le souci pastoral avec le pasteur, ils contribuent à la direction spirituelle de l’Église et à son organisation. Nous avons aussi des membres d’Église qui sont aussi responsables par leur engagement envers la communauté, ils sont aussi consultés à diverses occasions, par exemple lors des assemblées générales.

Dans une Église locale, tous n’ont pas le même degré de responsabilité, mais tout le monde est responsable, chacun à son niveau. Le pasteur a une responsabilité non négligeable, il doit veiller sur son enseignement et sur la manière dont il vit ce qu’il enseigne. Mais le membre d’Église, à son niveau, a aussi une responsabilité, il est aussi invité à veiller sur sa manière de vivre.

Selon le Nouveau Testament, il n’y a plus de prêtre dédié au temple comme dans l’Ancien Testament. En revanche, tous les disciples de Jésus sont des prêtres, car ils offrent à Dieu des sacrifices de louange et de reconnaissance. Nous sommes tous des prêtres, car nous sommes tous appelés à témoigner de Dieu par nos paroles et par nos actes. Vous connaissez probablement ce vieux cantique :

À celui qui nous aime, qui nous a délivrés de nos péchés, par son sang. Et qui a fait de nous un royaume de sacrificateurs pour Dieu son père. À lui soit la gloire, et la puissance, à lui soient la gloire et la puissance, aux siècles des siècles amen.

Ces paroles ne sont rien d’autre que le verset d’Apocalypse 1 verset 6, où les sacrificateurs désignent les prêtres. Dieu a fait de nous un royaume de prêtres.

Cette semaine, lors de l’étude biblique de Gaubert-Ingré, nous avons lu ceci dans la première lettre de Pierre : 4 Approchez-vous de Christ, la pierre vivante rejetée par les hommes, mais choisie et précieuse devant Dieu, 5 et vous-mêmes, en tant que pierres vivantes, laissez-vous édifier pour former une maison spirituelle, un groupe de prêtres saints, afin d’offrir des sacrifices spirituels que Dieu peut accepter par Jésus-Christ. (1 Pierre 2.4-5)

Nous sommes bien des prêtres, mais des prêtres de la Nouvelle alliance. Nous apportons des sacrifices spirituels par notre comportement d’enfants de Dieu, en parole et en actes. Ce n’est pas cela qui nous sauve. Celui qui nous sauve, c’est le Christ. Mais il nous sauve afin que nous puissions lui rendre gloire.

[Conclusion]
Pour conclure, précisons tout de même que c’est avant tout en tant que pécheurs repentis que nous sommes des exemples dans l’Église. Nous faisons tous des erreurs, nous avons tous nos luttes et nos fragilités. Nous sommes des pécheurs, mais des pécheurs repentis. Et nous confessons ainsi notre besoin de Jésus-Christ. C’est avant tout en cela que nous sommes des exemples et des témoins.

Je suis pécheur et je le reconnais, je reconnais avoir besoin de Dieu pour faire sa volonté. Nous ne prétendons pas être parfaits, mais nous avons besoin de la grâce pour être pardonnés et pour vivre selon ses voies.

Dans mon introduction, je parlais d’être un exemple pour ses enfants, ce n’est pas toujours évident. La Parole de Dieu nous demande d’être des exemples les uns pour les autres et ce n’est pas toujours évident non plus.

Que le Seigneur nous aide donc à être les témoins de sa grâce, et que le Saint-Esprit fasse de nous des hommes et des femmes toujours plus respectueux de la parole de Dieu et de son alliance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.