En prison pour libérer (Actes 16.16-40)

Version audio

De la part de Paul, apôtre de Jésus-Christ par ordre de Dieu notre sauveur, à Silas, mon frère dans la foi, mon collaborateur et aussi ancien compagnon de cellule : que la grâce, la compassion et la paix te soient données de la part de Dieu notre Père et de Jésus-Christ notre Seigneur.

Me voici à nouveau emprisonné dans une cellule, à Rome cette fois-ci. Mais je continue de louer le Seigneur chaque jour. Dieu est fidèle et je sais qu’il m’a amené une fois de plus en prison pour continuer de le servir.

Je ne cesse de dire ma reconnaissance, car le Seigneur m’encourage encore aujourd’hui. Je me souviens du temps que nous avons passé ensemble en Macédoine, en particulier dans la prison.

C’était le Saint-Esprit qui nous avait guidés jusque dans notre sombre cellule. Nos pieds étaient emprisonnés dans les entraves pour la Gloire de Dieu. En effet, sa puissance s’est manifestée alors que nous étions en train de le louer et que les autres détenus étaient en train d’entendre les merveilles de Dieu à travers nos chants.

Te souviens-tu de cette nuit où nous avons compris que nous avions été emprisonnés pour témoigner et sauver le geôlier ainsi que sa famille ? Je suis certain que tu t’en souviens, comme si c’était hier.

Ce souvenir, comme beaucoup d’autres, reste un sujet de louange et il m’encourage aujourd’hui à persévérer malgré les épreuves et les souffrances que j’endure. Dieu nous place parfois dans endroits les plus indignes, car la parole de Dieu doit être proclamée partout et à tous. Le maître nous utilise partout et tout le temps.

Mon cher Silas, je continue de prier pour toi et pour tous nos frères et sœurs que je te demande de saluer. Quelles que soient nos situations, je prie qu’elles soient des occasions de louer Dieu et de témoigner de sa grâce.

Cette lettre imaginée, inspirée de la vie de Paul, fait référence à l’épisode où Paul et Silas ont été emprisonnés, c’est le passage que Pierre-Jean nous a lu tout à l’heure.

Pour la prédication ce matin, je vous propose de relire ce texte en prenant en compte son contexte, nous lisons dans le livre des Actes, chapitre 16, les versets 16 à 40.

16 Alors que nous nous rendions au lieu de prière, une jeune esclave qui avait un esprit de divination est venue à notre rencontre. Par ses prédictions, elle procurait un grand profit à ses maîtres.
17 Elle s’est mise à nous suivre, Paul et nous, en criant: «Ces hommes sont les serviteurs du Dieu très-haut et ils nous annoncent le chemin du salut.»
18 Elle a fait cela pendant plusieurs jours. Paul, agacé, s’est retourné et a dit à l’esprit: «Je t’ordonne, au nom de Jésus-Christ, de sortir d’elle.» Il est sorti au moment même.
19 Quand les maîtres de la servante ont vu disparaître l’espoir de leur gain, ils se sont emparés de Paul et Silas et les ont traînés sur la place publique devant les magistrats.
20 Ils les ont présentés aux juges en disant: «Ces hommes sèment le trouble dans notre ville.///

Ce sont des Juifs
21 et ils annoncent des coutumes qu’il ne nous est pas permis d’accepter ni de suivre, à nous qui sommes romains.»
22 La foule s’est aussi soulevée contre eux, et les juges ont fait arracher leurs vêtements et ordonné qu’on les batte à coups de fouet. 23 Après les avoir roués de coups, ils les ont jetés en prison en recommandant au gardien de la prison de les surveiller de près. 24 Face à une telle consigne, le gardien les a jetés dans la prison intérieure et a emprisonné leurs pieds dans des entraves.
25 Vers le milieu de la nuit, Paul et Silas priaient et chantaient les louanges de Dieu, et les prisonniers les écoutaient.
26 Tout à coup, il y a eu un tremblement de terre si violent que les fondations de la prison ont été ébranlées. Toutes les portes se sont immédiatement ouvertes et les liens de tous les prisonniers ont été détachés.///
27 Lorsque le gardien de la prison s’est réveillé et a vu les portes de la prison ouvertes, il a tiré son épée, prêt à se tuer, car il croyait que les prisonniers s’étaient enfuis.
28 Mais Paul a crié d’une voix forte: «Ne te fais pas de mal, car nous sommes tous ici.» 29 Alors le gardien a demandé de la lumière, est entré précipitamment et s’est jeté tout tremblant aux pieds de Paul et de Silas. 30 Il les a fait sortir et a dit: «Seigneurs, que faut-il que je fasse pour être sauvé?»
31 Paul et Silas ont répondu: «Crois au Seigneur Jésus[-Christ] et tu seras sauvé, toi et ta famille.»
32 Et ils lui ont annoncé la parole du Seigneur, ainsi qu’à tous ceux qui étaient dans sa maison.
33 A cette heure-là de la nuit, le gardien les a emmenés pour laver leurs plaies. Il a immédiatement été baptisé, lui et tous les siens. 34 Après les avoir conduits chez lui, il leur a servi à manger. Il se réjouissait avec toute sa famille d’avoir cru en Dieu.///
35 Quand il a fait jour, les juges ont envoyé leurs agents dire au gardien de la prison: «Relâche ces hommes.»
36 Le gardien a rapporté ces paroles à Paul: «Les juges ont fait dire de vous relâcher. Sortez donc maintenant et partez dans la paix!» 37 Mais Paul a dit aux agents: «Après nous avoir fait battre en public et sans jugement alors que nous sommes romains, ils nous ont jetés en prison, et maintenant ils nous feraient sortir en secret? Il n’en est pas question. Qu’ils viennent eux-mêmes nous remettre en liberté!»
38 Les agents ont rapporté ces paroles aux juges, qui ont été effrayés en apprenant que Paul et Silas étaient romains. 39 Ils sont venus leur présenter des excuses et les ont libérés en leur demandant de quitter la ville.
40 Une fois sortis de la prison, ils sont entrés chez Lydie et, après avoir vu et encouragé les frères et soeurs, ils sont partis.

Ce texte est surprenant à plusieurs égards.

[1. Une femme avec un esprit de divination]

L’auteur mentionne tout d’abord une femme possédée par un esprit de divination. Cette femme est aussi esclave, elle servait de gagne-pain pour ses maîtres. Elle est donc doublement asservie.

Elle est asservie par l’esprit de divination et par ses maîtres qui se servent d’elle pour leur profit personnel.

Ce qui est surprenant, c’est qu’elle annonce le chemin du salut en approuvant les paroles de l’apôtre Paul.

Cela nous pose question… Cet esprit de divination serait-il au service de Dieu ? Existerait-il de bons esprits de divination ?

Mais nous voyons que l’apôtre Paul est agacé par cette femme, il n’aime pas ce qu’elle fait. C’est au point où il chasse cet esprit au nom de Jésus.

Pourquoi Paul était-il si mal à l’aise ?

C’est parce qu’il ne voulait pas que les gens fassent l’amalgame entre le message d’un esprit démoniaque et le message de Jésus.

Si Paul avait laissé cette femme agir, certaines personnes se seraient dites : « regardez, l’apôtre Paul et l’esprit de divination sont associés, ils ont le même message, on peut donc faire confiance à cet esprit. »

Mais Paul ne voulait pas que les gens soient trompés. L’esprit de divination ne vient pas de Dieu, Ce mauvais esprit veut juste récupérer le témoignage de Paul et s’en servir pour séduire des gens.

Il fallait donc que cet esprit cesse de les nuire. Paul l’a chassé au nom de Jésus.

Ce passage nous montre que même après la mort et la résurrection de Jésus, les mauvais esprits peuvent encore agir. Il faut savoir que Jésus les déjà a vaincu, on le constate ici : Paul a pu chasser l’esprit au nom de Jésus.

Cependant ils ont encore un certain champ d’action, car la victoire finale sera totalement effective à la fin des temps. La terre, telle qu’elle est aujourd’hui, n’est pas le paradis. Le péché, la maladie et les démons font encore des dégâts.

Mais la Bible enseigne qu’à la fin des temps, la terre sera renouvelée. Il y aura une nouvelle terre et des nouveaux cieux. Il n’y aura plus de mort, plus de larme.

En attendant, nous sommes invités à vivre sur cette terre en portant le témoignage du Christ. Nous sommes aussi invités à faire preuve de discernement tout comme l’apôtre Paul.

De nos jours la magie est à la mode. Les esprits de divination sont actifs à travers les médiums, les sorciers, les devins, les astrologues, etc. Ne confondons pas le Saint-Esprit et les autres esprits qui ne sont pas de Dieu.

Le comportement de Paul est un exemple. Il se souciait du témoignage qu’il rendait. Il ne voulait pas être associé à un autre esprit que celui du Christ.

Nous aussi, dans nos activités, nos loisirs, dans ce que nous postons sur notre Facebook, ce que nous disons lors de nos rassemblements, ce que nous disons devant nos enfants, dans notre comportement au travail ou partout ailleurs, soyons attentifs au témoignage que nous rendons en tant que disciples du Christ.

Revenons à notre texte.

Après avoir chassé l’esprit de divination, les maîtres de la femme qui était possédée sont en colère. Leur gagne-pain est perdu.

Remarquez que ceux qui font appel à des esprits de divination ont pour objectif ultime l’argent et non le salut des âmes.

Ces hommes cherchent à faire du mal à Paul et à Silas. Ils les accusent de nuire à l’ordre public et à la religion juive, et la foule se joint aussi à leurs accusations.

À cause de cela, les autorités les arrêtent, les fouettent et les mettent en prison.

C’est mon deuxième point :

[2. Paul et Silas emprisonnés]

Voici ce que nous pouvons lire aux versets 23 et 24 :

23 Après les avoir roués de coups, ils les ont jetés en prison en recommandant au gardien de la prison de les surveiller de près. 24 Face à une telle consigne, le gardien les a jetés dans la prison intérieure et a emprisonné leurs pieds dans des entraves.

Les juges précisent bien que nos deux hommes doivent être surveillés de près, c’est une consigne ferme. Le gardien devait les avoir à l’œil.

Paul et Silas sont traités comme les pires hors la loi. La prison intérieure était la prison la plus surveillée, réservée aux grands criminels. Leurs pieds sont liés dans des entraves.

Une fois emprisonnés, ils prient et ils louent Dieu.

Pourquoi louer Dieu alors qu’ils viennent de se faire injustement torturer et jeter en prison ?

Cette question nous amène à une autre question : pourquoi louons-nous le Seigneur ?

Est-ce parce que nous allons bien ou est-ce parce qu’il est digne de louange ?

Dans le premier cas, si nous louons Dieu parce que nous allons bien, finalement nous sommes centrés sur nous-mêmes. Je vais bien donc Dieu mérite d’être loué.

Mais lorsque je me retrouve dans l’épreuve, cela voudrait-il dire que Dieu ne mérite pas ma louange ?

Il m’offre pourtant son pardon et la vie éternelle alors que je ne le mérite pas. Par grâce, il est avec moi tous les jours.

En fait, Dieu est digne de louanges indépendamment de ma situation. On est appelé à glorifier Dieu parce qu’il est notre Dieu.

En l’adorant simplement pour le glorifier, notre louange est vraiment centrée sur lui et non sur nous-mêmes.

Paul et Silas font preuve d’humilité. Ils sont au fond du cachot, mais ils reconnaissent Dieu comme leur Seigneur, digne de louanges.

Ils s’estiment être des serviteurs de Dieu, emprisonnés pour le glorifier.

Et que se passe-t-il pendant qu’ils chantent ?

Verset 25 : « Vers le milieu de la nuit, Paul et Silas priaient et chantaient les louanges de Dieu, et les prisonniers les écoutaient. »

L’auteur précise que les autres prisonniers les écoutaient. C’est bien précisé qu’ils écoutaient et non pas qu’ils les entendaient. Les autres détenus, des bandits et des malfaiteurs, étaient donc intéressés par le message de Paul et Silas. Dieu les a utilisés pour témoigner.

C’est alors que Dieu envoie un tremblement de terre qui provoque l’ouverture des cellules et des entraves qui tenaient leurs pieds.

Encore une fois, Paul et Silas se comportent de manière surprenante : ils n’en profitent pas pour s’enfuir. D’ailleurs, aucun prisonnier ne s’enfuit.

On ne sait pas pourquoi les autres prisonniers sont restés. Peut-être qu’ils étaient tellement secoués qu’ils étaient déboussolés. On ne sait pas.

En tout cas, nous savons pourquoi Paul et Silas ne se sont pas évadés. Parce qu’ils voulaient épargner le garde et le sauver.

À l’époque, les gardes qui laissaient des prisonniers s’évader étaient violemment mis à mort par les autorités. C’est pour cela que dans le texte, le garde avait projeté de se suicider. Il pensait que tous les prisonniers s’étaient échappés et il ne voulait pas subir de châtiment à cause des évasions.

Mais avant qu’il ne passe à l’acte, Paul l’arrête au verset 28 : «Ne te fais pas de mal, car nous sommes tous ici.»

En entendant ces paroles et après avoir frôlé la mort de près, le garde prend conscience qu’il faut réfléchir sérieusement à ce qu’il y a après la mort, il pose cette question aux deux disciples: « que faut-il que je fasse pour être sauvé ».

Voici la réponse Paul et Silas au verset 31 : « Crois au Seigneur Jésus et tu seras sauvé, toi et ta famille. »

Et c’est bien ce qu’il fit. Dans la même nuit, Paul et Silas annoncent l’Évangile à la famille du garde, tous acceptent Jésus dans leur vie et se font baptiser. Dans la Bible, le baptême est un moyen par lequel on exprime sa foi en Jésus. À l’époque, le baptême avait lieu au moment de la conversion.

 [Conclusion]

Pour conclure, quel enseignement pouvons-nous tirer de ce texte ?

Dans cet épisode, Paul et Silas bénéficient d’un miracle de Dieu : les portes de la prison s’ouvrent et leurs pieds se détachent.

Devant ce miracle, ils avaient deux possibilités : profiter du miracle pour eux-mêmes, ou pour servir Dieu. Autrement dit : s’échapper ou rester en prison pour annoncer l’Évangile au garde.

Ils ont choisi la deuxième possibilité.

En fait, dans tout ce qui leur arrive, ils considèrent cela comme des occasions pour mettre Dieu en avant et le servir.

À mon avis, même lorsqu’ils réclament des excuses avant d’être libérés, c’est pour servir l’Évangile. Il semblerait qu’ils aient fait valoir leurs droits pour faire comprendre aux autorités que les chrétiens ne doivent pas être accusés à la légère. Ils ne sont pas des fauteurs de troubles ou une menace pour l’Empire romain, d’autant plus que certains d’entre eux sont Romains.

Ce genre de texte me fait dire que toutes les situations par lesquelles nous passons, que ce soient les privilèges de la vie ou les difficultés, tout ce que Dieu permet dans notre vie, nous pouvons le transformer en occasion témoignage de l’Évangile.

Même confinés dans une cellule de sous-sol, avec les pieds attachés, Paul et Silas, en louant Dieu, ont rendu témoignage à lui.

Malgré les chaînes, ces deux hommes étaient libres de l’esclavage du péché, et ils ont pu annoncer le message qui libère réellement.

Le témoignage n’est pas réservé aux aumôniers, il n’est pas réservé aux évangélistes, le témoignage est possible partout et tout le temps. Et lorsque l’on se sent démuni et incapable, ce n’est pas un problème, car c’est Dieu qui agit.

Paul et Silas ont simplement loué Dieu, et c’est Dieu qui a provoqué le tremblement de terre.

Que Dieu nous aide à être ses adorateurs, quelle que soit notre situation. Louons-le, et proclamons le message qui libère.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.