À la recherche d’une épouse

Version audio ici

Depuis plusieurs mois nous suivons l’histoire d’Abraham, l’ancêtre du peuple juif. Je vous propose de poursuivre ce matin avec le récit où Abraham se préoccupe du mariage de son fils Isaac. Non seulement il s’en préoccupe, mais il prend aussi les choses en main.

Pendant la lecture du texte, je vous demanderais d’être très attentifs aux personnages et de vous poser la question suivante : qui est le héros de l’histoire ? Et pourquoi ?

En fait, dans toute la Bible, le héros principal c’est Dieu. Mais après Dieu, qui est le héros de ce récit ? Après la lecture nous prendrons un instant pour revenir sur cette question.

Lisons maintenant le texte, il y a 67 versets, mais c’est assez facile à suivre.

1 Abraham était vieux, d’un âge avancé. L’Éternel l’avait béni dans tous les domaines.
2 Abraham dit à son plus ancien serviteur, qui était l’intendant de tous ses biens: «Mets ta main sous ma cuisse
3 et je vais te faire jurer au nom de l’Éternel, le Dieu du ciel et le Dieu de la terre, de ne pas prendre pour mon fils une femme parmi les filles des Cananéens au milieu desquels j’habite,
4, mais d’aller prendre une femme pour mon fils Isaac dans mon pays et dans ma patrie.»
5 Le serviteur lui répondit: «Peut-être la femme ne voudra-t-elle pas me suivre dans ce pays-ci. Devrai-je conduire ton fils dans le pays d’où tu es sorti?»
6 Abraham lui dit: «Garde-toi bien d’y conduire mon fils! 7 L’Éternel, le Dieu du ciel, qui m’a fait quitter ma famille et ma patrie, qui m’a parlé et qui m’a juré: ‘Je donnerai ce pays à ta descendance’, enverra lui-même son ange devant toi. C’est là que tu prendras une femme pour mon fils.
8 Si la femme ne veut pas te suivre, tu seras dégagé du serment que je te fais faire. Seulement, tu n’y conduiras pas mon fils.»
9 Le serviteur mit sa main sous la cuisse de son seigneur Abraham et lui jura de se conformer à ces paroles.
10 Le serviteur prit dix chameaux parmi ceux de son seigneur et il partit avec tous les biens de son seigneur à sa disposition. Il se leva et se rendit en Mésopotamie, dans la ville de Nachor.
11 Il fit reposer les chameaux sur leurs genoux près d’un puits à l’extérieur de la ville. C’était le soir, le moment où les femmes qui vont puiser de l’eau sortent. 12 Il dit: «Éternel, Dieu de mon seigneur Abraham, donne-moi du succès aujourd’hui et fais preuve de bonté envers mon seigneur Abraham!
13 Voici que je me tiens près de la source d’eau, et les filles des habitants de la ville vont sortir pour puiser de l’eau.
14 Que la jeune fille à laquelle je dirai: ‘Penche ta cruche pour que je boive’ et qui répondra: ‘Bois et je donnerai aussi à boire à tes chameaux’ soit celle que tu as destinée à ton serviteur Isaac! Par là je reconnaîtrai que tu fais preuve de bonté envers mon seigneur.»
15 Il n’avait pas encore fini de parler que Rebecca sortit, sa cruche sur l’épaule. Elle était la fille de Bethuel, fils de Milca, femme de Nachor, le frère d’Abraham.
16 C’était une jeune fille très belle. Elle était vierge, aucun homme n’avait eu de relations avec elle. Elle descendit à la source, remplit sa cruche et remonta.
17 Le serviteur courut à sa rencontre et dit: «Laisse-moi boire un peu d’eau de ta cruche.» 18 Elle répondit: «Bois, mon seigneur» et s’empressa de descendre sa cruche sur sa main et de lui donner à boire. 19 Quand elle eut fini de lui donner à boire, elle dit: «Je puiserai aussi pour tes chameaux, jusqu’à ce qu’ils aient assez bu.» 20 Elle s’empressa de vider sa cruche dans l’abreuvoir et courut encore au puits pour puiser. Elle puisa pour tous les chameaux. 21 L’homme la regardait sans rien dire, pour voir si l’Éternel faisait réussir son voyage ou non.
22 Quand les chameaux eurent fini de boire, l’homme prit un anneau en or qui pesait 6 grammes, ainsi que deux bracelets en or qui pesaient 120 grammes pour ses poignets,
23 puis il dit: «De qui es-tu la fille? Dis-le-moi, je t’en prie. Y a-t-il chez ton père de la place pour passer la nuit?»
24 Elle répondit: «Je suis la fille de Bethuel, le fils de Milca et de Nachor.» 25 Elle lui dit encore: «Il y a de la paille et du fourrage en abondance chez nous, et aussi de la place pour passer la nuit.»
26 Alors l’homme s’inclina et adora l’Éternel
27 en disant: «Béni soit l’Éternel, le Dieu de mon seigneur Abraham, qui n’a pas renoncé à sa bonté et à sa fidélité envers mon seigneur! Moi-même, l’Éternel m’a conduit chez la famille de mon seigneur.»
28 La jeune fille courut raconter cela chez sa mère.
29 Rebecca avait un frère du nom de Laban. Laban courut dehors vers l’homme, près de la source. 30 Il avait vu l’anneau et les bracelets aux poignets de sa sœur, et il avait entendu sa sœur Rebecca dire: «Voici comment m’a parlé cet homme.» Il vint donc vers cet homme, toujours près des chameaux, vers la source.
31 Il lui dit: «Viens, toi qui es béni de l’Éternel! Pourquoi resterais-tu dehors? J’ai préparé la maison et une place pour les chameaux.» 32 L’homme arriva à la maison. Laban fit décharger les chameaux. Il donna de la paille et du fourrage aux chameaux, ainsi que de l’eau pour laver les pieds de l’homme et de ses compagnons.
33 Puis il lui servit à manger, mais l’homme dit: «Je ne mangerai pas avant d’avoir dit ce que j’ai à dire.» «Parle!» dit Laban. 34 Alors il dit: «Je suis un serviteur d’Abraham. 35 L’Éternel a comblé mon seigneur de bénédictions, si bien qu’il est devenu puissant. Il lui a donné des brebis et des bœufs, de l’argent et de l’or, des serviteurs et des servantes, des chameaux et des ânes.
36 Sara, la femme de mon seigneur, a donné dans sa vieillesse un fils à mon seigneur et il lui a fait don de tout ce qu’il possède.
37 Mon seigneur m’a fait prêter serment en disant: ‘Tu ne prendras pas pour mon fils une femme parmi les filles des Cananéens, dont j’habite le pays, 38, mais tu iras prendre une femme pour mon fils dans la famille de mon père et dans mon clan.’
39 J’ai dit à mon seigneur: ‘Peut-être la femme ne voudra-t-elle pas me suivre.’
40 Il m’a répondu: ‘L’Éternel devant qui j’ai marché enverra son ange avec toi et fera réussir ton voyage. Tu prendras pour mon fils une femme du clan et de la famille de mon père.
41 Tu seras dégagé du serment que tu me fais quand tu seras allé trouver mon clan. Si on ne te l’accorde pas, tu seras dégagé du serment que tu me fais.’
42 Je suis arrivé aujourd’hui à la source et j’ai dit: ‘Éternel, Dieu de mon seigneur Abraham, si tu veux bien faire réussir le voyage que j’accomplis,
43 voici que je me tiens près de la source d’eau. Que la jeune fille qui sortira pour puiser de l’eau, à qui je dirai: Laisse-moi boire un peu d’eau de ta cruche et qui me répondra:
44 Bois et je puiserai aussi pour tes chameaux, que cette jeune fille soit la femme que l’Éternel a destinée au fils de mon seigneur!’
45 Avant que j’aie fini de parler en moi-même, Rebecca est sortie, sa cruche sur l’épaule. Elle est descendue à la source et a puisé de l’eau. Je lui ai dit: ‘Donne-moi à boire.’
46 Elle s’est empressée de descendre sa cruche de son épaule et a dit: ‘Bois et je donnerai aussi à boire à tes chameaux.’ J’ai bu et elle a aussi donné à boire à mes chameaux. 47 Je l’ai interrogée en disant: ‘De qui es-tu la fille?’ Elle a répondu: ‘Je suis la fille de Bethuel, le fils de Nachor et de Milca.’ J’ai mis l’anneau à son nez et les bracelets à ses poignets. 48 Puis je me suis incliné et j’ai adoré l’Éternel, j’ai béni l’Éternel, le Dieu de mon seigneur Abraham, qui m’a conduit fidèlement afin que je prenne la fille du frère de mon seigneur pour son fils.
49 Maintenant, si vous voulez faire preuve de bonté et de fidélité envers mon seigneur, déclarez-le-moi. Sinon, dites-le-moi et je m’en irai d’un côté ou de l’autre.»
50 Laban et Bethuel répondirent: «C’est de l’Eternel que cela vient. Nous ne pouvons te parler ni en mal ni en bien.
51 Voici Rebecca devant toi: emmène-la en repartant. Qu’elle soit la femme du fils de ton seigneur, comme l’Éternel l’a dit.»
52 Lorsque le serviteur d’Abraham eut entendu leurs paroles, il se prosterna jusqu’à terre devant l’Éternel. 53 Le serviteur sortit des objets d’argent, des objets d’or et des vêtements qu’il donna à Rebecca. Il fit aussi de généreux cadeaux à son frère et à sa mère. 54 Puis ils mangèrent et burent, lui et ses compagnons, et ils passèrent la nuit là. Le matin, quand ils furent levés, le serviteur dit: «Laissez-moi repartir chez mon seigneur.»
55 Le frère et la mère de Rebecca dirent: «Que la jeune fille reste avec nous quelque temps encore, une dizaine de jours! Ensuite, tu pourras partir.»
56 Il leur répondit: «Ne me retardez pas, puisque l’Éternel a fait réussir mon voyage. Laissez-moi repartir et que j’aille chez mon seigneur.»
57 Alors ils répondirent: «Appelons la jeune fille et demandons-lui son avis.»
58 Ils appelèrent donc Rebecca et lui dirent: «Veux-tu partir avec cet homme?» Elle répondit: «Oui.»
59 Alors ils laissèrent leur sœur Rebecca et sa nourrice partir avec le serviteur d’Abraham et ses hommes. 60 Ils bénirent Rebecca et lui dirent: «Toi qui es notre sœur, deviens l’ancêtre de millions de personnes et que ta descendance possède les villes de ses ennemis!»
61 Rebecca se leva avec ses servantes. Elles montèrent sur les chameaux et suivirent l’homme. C’est ainsi que le serviteur emmena Rebecca et repartit.
62 Quant à Isaac, il était revenu du puits de Lachaï-Roï et habitait dans la région du Néguev.
63 Un soir qu’il était sorti pour méditer dans les champs, il leva les yeux et regarda: voici que des chameaux arrivaient.
64 Rebecca leva aussi les yeux, vit Isaac et descendit de son chameau. 65 Elle demanda au serviteur: «Qui est l’homme qui vient dans les champs à notre rencontre?» Le serviteur répondit: «C’est mon seigneur.» Alors elle prit son voile et se couvrit.
66 Le serviteur raconta à Isaac tout ce qu’il avait fait. 67 Isaac conduisit Rebecca dans la tente de Sara, sa mère. Il épousa Rebecca. Elle devint sa femme et il l’aima. Ainsi, Isaac fut consolé après la perte de sa mère.

Quel est le héros de ce récit ?

[Discuter un peu.]

La plupart des Bibles donnent un titre aux différents paragraphes de la Bible. Assez souvent, le titre donné à ce chapitre parle du mariage d’Isaac et Rébecca. Dans ma Bible c’est ainsi que le texte est présenté.

Cependant, est-ce que l’auteur insiste sur le mariage ? Les personnages centraux sont-ils vraiment Isaac et Rébecca.

En observant le texte, j’ai noté tous les personnages qui apparaissent et j’ai compté le nombre de fois qu’ils sont mentionnés et le nombre de fois qu’ils prennent la parole.

Voici les résultats de cette observation, je commence par ceux qui sont le moins mentionnés.

Sara, la femme d’Abraham qui est décédée, est mentionnée deux fois, tout comme les servantes de Rébecca.
Ensuite, nous avons Nachor, le frère d’Abraham, qui est mentionné 4 fois.
Bethuel et Laban sont mentionnés chacun 5 fois.
Vient ensuite Isaac, qui est mentionné 7 fois.

Maintenant, voici le top 3 des personnages les plus mentionnés :

Abraham est en 3e position, il est mentionné 14 fois.
Rebecca est en 2e position, elle est mentionnée 16 fois.
En première position, nous avons le serviteur d’Abraham qui est mentionné 17 fois, tout comme les chameaux qui l’accompagnent.

Enfin, nous pouvons quand même relever que l’Éternel est mentionné 19 fois, c’est lui qui dirige tous les évènements.

Parmi toutes ces remarques, nous pouvons noter qu’Isaac est l’un des seuls personnages qui ne prend pas la parole tout au long de ce récit !

Nous pouvons aussi remarquer que le serviteur est celui qui parle le plus. Après Dieu, c’est celui qui est le plus mentionné. En revanche, c’est le seul personnage dont nous ne connaissons pas le nom, alors que c’est le personnage central de l’histoire.

Effectivement, je pense que c’est le personnage principal parce que tout tourne autour de sa mission. C’est le seul qui parle avec tous les autres protagonistes, il fait le lien entre eux.

Pour tirer l’enseignement principal de ce récit, il faut donc s’intéresser en particulier au serviteur.

Je reconnais que beaucoup de détails nous paraissent bizarres, nous n’aurons pas le temps de tout aborder en détail. Certaines choses nous semblent étranges surtout parce que nous nous trouvons dans une époque et une culture totalement différente de la nôtre. Par exemple, quand le serviteur met sa main sous la cuisse d’Abraham, c’était un geste qui accompagnait un serment.

Avant de parler du serviteur, j’aimerais d’abord commencer par Abraham, car c’est lui qui est à l’origine des évènements relatés. Tout ce qui arrive trouve son origine dans les souhaits qu’il exprime pour sa descendance.

[1. Le souhait d’Abraham pour sa descendance]

Abraham envoie son serviteur chercher une femme pour Isaac et il émet trois souhaits :

  • Il ne veut pas que son fils épouse une Cananéenne.
  • Il veut que son fils épouse une femme de sa patrie.
  • Il ne veut pas que son fils se rende dans son pays d’origine.

Pourquoi ces exigences ?

Abraham souhaite que son fils soit entièrement consacré à la mission que Dieu lui a confiée à lui et à sa descendance.

Dieu a promis de leur donner le pays de Canaan, un pays occupé par un peuple de plus en plus méchant, c’est dit en Genèse 15.

Dieu lui a promis ce pays et il n’est pas question de revenir en arrière. Et comme la relation avec Dieu est la chose la plus importante pour Abraham, il ne veut pas qu’Isaac puisse être tenté d’adorer un autre Dieu que l’Éternel.

Si Isaac épousait une Cananéenne, il pourrait se détourner de Dieu pour adorer les dieux étrangers. Déjà que l’homme a tendance naturellement à se détourner de Dieu, il ne faudrait pas des tentations supplémentaires.

À notre époque, nos contemporains pourraient trouver cette attitude sectaire.

Mais imaginez l’histoire suivante : un homme et une femme se rencontrent lors d’une soirée entre amis, et ils ont le coup de foudre. Ils décident de se revoir en tête à tête, et là, le jeune homme découvre que la fille est végane !

Elle ne mange ni animaux, ni produits issus des animaux comme le lait ou le miel. Elle ne porte pas de laine ou de cuir, elle ne consomme aucun médicament qui a fait l’objet d’un test sur des animaux, comme le Doliprane par exemple. Et la fille, de son côté, découvre que le garçon est le président de l’amical des chasseurs et qu’il organise des grillades avec ses amis tous les samedis soirs.

Pensez-vous que s’ils se marient, ils pourraient vivre ensemble sereinement sans qu’il y ait besoin de faire de compromis ?

Abraham voulait que son fils ait toutes les chances de son côté pour être entièrement consacré à Dieu. S’il se mariait avec une femme qui adore d’autres dieux. Il y avait un fort risque qu’Isaac fasse des compromis dans sa foi.

Nous savons que la foi a des répercussions sur notre manière de vivre et à l’époque c’était d’autant plus le cas. Être attaché à un dieu n’était pas juste une question d’opinion, c’était aussi lié à l’identité ethnique, il y avait des commandements, des restrictions rituelles, des sacrifices, des lois alimentaires, des pratique spirituelles, etc.

À la fin de sa vie, Abraham était particulièrement dévoué à Dieu et il savait que Dieu avait une mission précise pour lui et pour sa descendance. Il désirait honorer l’Éternel au maximum et il voulait que son fils épouse une femme qui respecte le même Dieu.

Malheureusement, la suite de l’histoire nous montrera que le couple Isaac et Rebecca était loin d’être parfait.

Le fait d’avoir la même foi ne fait pas tout. Le problème se trouve dans le cœur humain où l’on trouve orgueil, jalousie et ruses.

Regardons maintenant l’attitude du serviteur d’Abraham.

[2. L’humilité du serviteur]

C’est le seul personnage dont le nom n’est pas mentionné, c’est paradoxal puisque c’est le personnage principal.

En fait, son anonymat montre déjà que c’est un personnage présenté sous le signe de l’humilité. C’est un héros qui n’est pas mis en avant et qui ne se met pas en avant.

C’est quand même le serviteur le plus ancien d’Abraham, le gérant de toutes ses richesses.

C’est peut-être même Eliézer de Damas, le serviteur mentionné dans le chapitre 15, celui à qui Abraham voulait léguer tout son héritage s’il n’avait pas d’enfant.

Le gérant d’un homme riche avait beaucoup de pouvoir. Pourtant, dans notre récit, il fait preuve d’humilité.

Au verset 12, il supplie l’Éternel non pas pour ses propres intérêts, mais pour les intérêts de son maître. Et quand Dieu fait réussir sa mission, il s’incline et il bénit Dieu au verset 26.

En résumé, ce représentant d’Abraham, qui a reçu toute confiance, tout pouvoir et toute autorité de la part de son maître, décide de se mettre au second plan.

Il se présente comme un simple serviteur. Il fait preuve de sagesse, il prie l’Éternel, et le bénit. Il obéit fidèlement et humblement.

Nous vivons à une époque où nous aimons être mis en avant, où nous aimons être complimentés et valorisés.

Lorsque les gens postent une photo, une vidéo ou un commentaire sur les réseaux sociaux, ils regardent ensuite s’ils ont des « like » et combien ils en ont. Ils vérifient s’il y a des gens qui aiment leur publication, s’ils ont des commentaires qui disent : je suis d’accord avec toi, j’approuve ce que tu dis.

Dans notre société, on n’encourage pas toujours l’état d’esprit du serviteur, celui qui rend service fidèlement et en toute discrétion, celui qui ne se met pas en avant, celui qui ne cherche pas les récompenses de la part des hommes, celui qui travaille trois fois plus que les autres et que personne ne remarque, celui dont on ne connaît même pas le nom.

Voici l’une des paroles de Jésus dans les Évangiles :

Marc 10.43-44 : « si quelqu’un veut être grand parmi vous, il sera votre serviteur;
et si quelqu’un veut être le premier parmi vous, qu’il soit l’esclave de tous. »

L’attitude du serviteur d’Abraham est un exemple pour nous et il nous rappelle l’humilité du Christ, l’envoyé de Dieu. Celui-ci possède toute autorité, toute royauté, et pourtant, il est venu à nous non pour être servi, mais pour servir l’humanité.

Marc 10.45 : « En effet, le Fils de l’homme est venu non pour être servi, mais pour servir et donner sa vie en rançon pour beaucoup.»

[Conclusion : l’Éternel et ses plans]

Pour conclure, terminons quand même par le personnage le plus important du récit : l’Éternel.

C’est Dieu qui fait réussir la mission du serviteur, c’est lui qui prend soin d’Abraham, de son fils et de tous ses descendants.

En tant qu’enfants de Dieu, nous sommes aussi les descendants d’Abraham. Non pas les descendants biologiques, mais spirituels, car celui qui entre dans l’alliance de Dieu fait partie du peuple de Dieu.

Attendons-nous aussi à son action dans notre vie. Mettons de côté nos intérêts personnels.

Prions pour les intérêts de Dieu et pour que son plan pour nous s’accomplisse. La Bible nous le garantit : cette prière-là sera exaucée.

Et alors que nous faisons passer les intérêts de notre maître en premier, il réalise son beau projet pour notre vie, projet de paix et non de malheur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.