La vérité au détriment de la bienveillance ? (Proverbes 3.1-4)

La bienveillance est une notion mise en avant de nos jours et je m’en réjouis. Beaucoup de nos contemporains ont encore en tête les guerres de religion et les querelles de clocher. Quelle image les chrétiens donnent-ils de leur foi ? De leur Dieu ?

1 Mon fils, n’oublie pas mon enseignement et que ton coeur garde mes commandements, 2 car ils prolongeront la durée de tes jours, les années de ta vie, et ils augmenteront ta paix. 3 Que la bonté et la vérité ne t’abandonnent pas: attache-les à ton cou, écris-les sur la table de ton coeur. 4 Tu trouveras ainsi grâce et bon sens aux yeux de Dieu et des hommes. (Proverbes 3.1-4)

Le livre des Proverbes nous invite à recevoir la sagesse qui vient de Dieu et à avoir une juste crainte de l’Éternel. Lors de la précédente méditation sur le même passage, nous avons relevé les bienfaits de la sagesse. Ici, nous nous attarderons sur le verset 3, où l’auteur nous exhorte ainsi : « Que la bonté et la vérité ne t’abandonnent pas : attache-les à ton cou, écris-les sur la table de ton cœur. » (Traduction Segond 21)

Dans notre texte, les termes de bonté et de vérité sont les traductions de deux mots très riches en hébreu : « hesed » et « emet » (bonté et vérité). Voici quelques éléments trouvés dans le dictionnaire d’hébreu biblique de Philippe Reymond :

La bonté (hesed), dont l’auteur parle ici, ne trouve « aucun correspondant adéquat dans nos langues indo-européennes. L’idée centrale est celle de bonté (fidèle), attachement. » Cette bonté fait aussi référence à des actes de bienveillance.

La vérité (emet) est une notion qui désigne la solidité, la sûreté, la vérité d’une chose et la fidélité.

Comme vous le constatez, il n’est pas évident de trouver une traduction exacte de ces termes. C’est pour cela que nous trouvons différentes traductions selon les Bibles. La Bible du Semeur parle par exemple « d’amour et de fidélité ».

Quoi qu’il en soit, dans le contexte, il me semble que nous sommes invités à nous comporter de manière bienveillante tout en restant fidèles à Dieu, à son enseignement, à la vérité. Cet équilibre est extrêmement difficile.

Je dirais même que l’équilibre entre la bienveillance et la vérité n’est pas naturel, si bien que nous avons besoin de l’aide du Saint-Esprit pour y arriver.

Comme mentionné en introduction, la bienveillance est une notion très présente de nos jours. Je me réjouis de cette démarche qui a été trop souvent limitée dans l’Histoire.

Nous sommes invités à être tolérants envers celui qui est différent. Nous sommes invités à respecter la diversité des croyances et la liberté de penser. Soyons ouverts au dialogue. Une différence de conviction ne devrait pas être une source de mépris, de conflit, de division ou de guerre !

Cependant, la bienveillance ne devrait pas non plus être un prétexte pour minimiser ou écarter la vérité.

Sous prétexte de bienveillance, nous pouvons être tentés de dire que tout le monde a raison, tout le monde possède « sa vérité », toutes les croyances sont bonnes, toutes les religions se valent.

Nous vivons dans une société où celui qui est convaincu d’être dans la seule vérité passe pour un intégriste, un intolérant, un exclusiviste, un opposant à la bienveillance. Si bien qu’au nom de cette bienveillance, nous risquons peut-être de passer sous silence la vérité.

Il y a aussi cette autre attitude, tout aussi regrettable : celui qui estime être dans LA vérité peut être tenté de se croire supérieur aux autres (qui seraient dans l’erreur). Celui-là peut avoir un discours tranchant (et non pas seulement tranché). La conviction d’être dans la vérité justifie trop souvent le mépris de l’autre, la moquerie, l’orgueil. Il ne doit pas en être ainsi…

Les croyants ne sont pas les seuls concernés. Les personnes plus diplômées, plus gradées ou plus informées que les autres sont aussi exposés à cette tentation.

La sagesse de Dieu ne nous appelle pas seulement à être bienveillants, elle ne nous appelle pas seulement à proclamer la vérité. Elle nous appelle à faire preuve de bienveillance, tout en restant fidèles à la vérité de l’enseignement biblique.

Soyons bienveillants, mais pas au détriment de la vérité. Nous pouvons respecter et aimer notre prochain sans forcément être en accord avec ses convictions.

Aussi, affirmons la vérité, mais pas au détriment d’une attitude bienveillante. Nous pouvons proclamer la vérité de l’Évangile humblement, avec une attitude de douceur qui manifeste l’amour de Dieu envers tous.

L’équilibre entre bonté et vérité nous est demandé, mais cet équilibre est fragile, c’est pourquoi nous sommes invités à marcher avec Dieu et à toujours nous laisser transformer par sa sagesse.

Personnes vecteur créé par pikisuperstar – fr.freepik.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *